Notre mission

  • Assurer aux enfants malheureux, maltraités … la protection efficace des lois

  • Sensibiliser le public et les professionnels concernés par l’enfance

  • Promouvoir la convention internationale des droits de l’enfant

L’Association Comité Alexis DANAN est une association créée en vertu de la loi de 1901 sur  la protection de l’enfance Les comités sont donnés pour les appelants sur les enfants malheureux, par les voies les plus rapides, l’attention des autorités qui ont le pouvoir de mettre fin à leur détresse.

En leur  dévoilant  la source de leur information, les Comités offrent un relais à tous ceux qui ne peuvent ou ne veulent pas prendre en charge eux-mêmes un signalement d’enfant en danger. Sauf urgence évidente, ils vérifient toujours le bien-fondé des faits signalés avant de les transmettre aux autorités compétentes.

Les Comités ne se substituent jamais aux autorités en place: la protection des enfants et des jeunes est de  la responsabilité du Conseil général et de la justice.

Le comité Annecy-Haute-Savoie

Les membres actifs disposent d’eux:

  • des professionnels de l’enfance en activité ou retraités aux institutions du monde de l’enfance: Santé, Éducation Nationale, Justice, Secteur Médico-Social

  • des personnes désireuses de s’engager pour la cause des enfants

     

     Siège social:

Comité Alexis DANAN pour la Protection de l’Enfance
9 quai des Clarisses – 74000 Annecy –  tél : 06 83 23 24 71

 

 

Alexis Danan

C’est en 1936 qu’Alexis Danan prend la première conscience de la grande carence existant en France. Peu de lois protégeaient les enfants et celles-ci étaient peu ou mal appliquées.
Alexis Danan s’attaqua d’abord aux institutions en place. Le 31 Mai 1936, il lança un appel à la France entière dans le journal « Paris Soir », dont il était un brillant collaborateur:

« Nous demandons qu’il soit dans l’Enfance Malheureuse dans ce pays et dans l’Enfance tout court, comme il est dans les jardins et les monuments des villes qui sont placés sous la protection du public ».

Cet appel fut entendu, les consciences s’éveillèrent, les Comités étaient nés. Ils sont aujourd’hui plus de 100 en France, regroupés en fédération.

Nous devons à la fermeture de certaines maisons de correction, de mémoire: Mettray, Eysses. Des modifications importantes de notre système de protection ont vu le jour grâce à lui. Les enfants de l’Assistance Publique, trop souvent placés, il y a une trentaine d’années, comme des domestiques de ferme, ont vu leur sort amélioré. Il n’a jamais cessé, jusqu’à sa mort en 1979, de réclamer un ministère de l’Enfance.